STOP #2 : Siren, la série qui boit rapidement la tasse

Les jolies petites sirènes façon Ariel de Disney, qui rêvent de prince charmant et de se couper les ongles des pieds au clair de lune, ça va bien cinq minutes. Il était temps de revisiter un peu le mythe et d'enfin en faire des créatures pas forcément très sympathiques et plutôt visuellement flippantes.

C'était ce que j'espérais après avoir vu la tronche de ces sirènes version 2018 dans la série du même
nom, Siren. Je me suis dis " enfin, les choses vont changer, on va me mettre sous le nez une petite série un peu glauque pourquoi pas, avec des créatures cruelles qui vont dévorer de l'être humain. "

Oui, on allait peut-être enfin arrêter d'idéaliser ces créatures mythologiques, toujours si joliment représentées et oser basculer vers un côté plus bestial et sanglant.


Force est de constater... Que je me suis trompée.

Avant de vous expliquer pourquoi j'arrête donc cette série au bout du 5ème épisode - je m'étonne d'avoir tenu si longtemps d'ailleurs - laissez moi vous raconter de quoi ça cause.


Tout commence sur un chalutier où des pêcheurs pêchent. Logique. Tout se passe bien jusqu'à ce qu'ils ramassent dans leur filet, un truc chelou. Et ce truc chelou, c'est une sirène. Qui les attaque. Parce qu'elle flippe un peu quand même, faut la comprendre. Alors que la panique gagne le rafiot, un hélicoptère y débarque des militaires qui vont rapidement capturer la sirène, l'un des pêcheurs qui a été blessé et repartir dans les airs comme si de rien n'était. Les hommes en ciré comprennent que dalle, ce qui est tout à fait compréhensible hein, et rentrent au port avec des milliards de questions dans la tête. Et la trouille de ne plus retrouver leur pote. Un peu plus tard, dans une petite ville portuaire, débarque une nana, complètement paumée - et complètement à poil, qui s’avérera être la sœur de la sirène capturée et qui va partir à sa recherche. Voilà.


Le premier épisode partait plutôt bien. Mais voilà ça s'essouffle bien vite. Bien bien vite.

Très rapidement je me suis ennuyée. J'ai trouvé le temps long et je me suis demandé à plusieurs reprises comment cette série allait pouvoir tenir sur la longueur. Parce que même s'il ne se passe rien, étrangement, tout va trop vite. Et oui, c'est possible.

Les scènes se succèdent de manière banale, rien n'est creusé, pas même la psychologie des personnages qui sont affreusement lisses, clichés à souhait et sans aucun charisme. Je ne me suis attachée à aucun d'entre eux, si bien qu'ils pouvaient tous crever dans d'atroces souffrances, ça m'aurait fait ni chaud ni froid.


Elin Powell et sa tête bizarre mais néanmoins attirante a le physique parfait pour incarner une créature fantastique mais hélas, elle remporte haut la main la palme de la nana la plus mono-expressive de ce début d'année - on peut le comprendre au début de la saison, mais plus trop au bout de 5 épisodes - et ses grognements sont exaspérants à tel point que j'ai eu à plusieurs reprises envie de lui balancer une bonne paire de baffes.

Vous l'aurez compris, cette série est une énorme déception. Non pas que j'en attendais énormément mais il me reste la désagréable impression d'avoir été couillonée.

L'idée de mettre de côté l'aspect sensuel des sirènes et d'en faire plutôt des créatures horrifiques n'a absolument pas été assez exploitée, voire pas exploitée du tout. Ça aurait pu aller beaucoup plus loin, j'aurais aimé une ambiance sombre, malaisante mais il n'en fut rien, je n'ai pas trouvé le côté horrifique que j'avais espéré. Pas la peine de nous mettre sous le nez des sirènes prédatrices s'il ne se passe rien derrière...

Résultat, la série n'a pas d'identité, c'est lisse, c'est fade, sans sel ni poivre, à tel point qu'on se croirait dans un mauvais téléfilm de M6 - parce qu'il en existe des bons ?! Aucun intérêt. Je zappe.

6 commentaires:

  1. Mieux vaut regarder H2O ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, c'est exactement ce que je me suis dis quand j'ai décidé d'arrêter !!! ;)

      Supprimer
  2. Les dernières (et seules) sirènes (Amanda Seyfried 4eva)(je compte pas "Syrena" dedans...) qui m'ont terrifiées sont celles qu'on aperçoit dix minutes dans le quatrième Pirates des Caraïbes. C'était d'ailleurs le seul bon point du film qui relève autrement du navet intersidéral (au même titre que le cinquième film, leave Jack Sparrow alone, pitié).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai vu aucun des Pirates des Caraïbes et je m'en porte très bien ( Johnny Depp et ses manières m'exaspèrent rapidement, très rapidement ! ) et je n'ai toujours pas trouvé des sirènes suffisamment flippantes pour me foutre la trouille !!

      Supprimer
  3. Merci, ça m'évite de la commencer ^^ Quand j'ai appris qu'une nouvelle série sur les sirènes allait sortir, j'étais très contente mais au vu de la bande annonce, je n'ai pas eu spécialement envie de la commencer. Je sais maintenant à quoi m'en tenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, ravie d'avoir pu te rendre service ! ;)

      Supprimer